Pour les collègues

Faire une veille documentaire en Lettres

Yaël Boublil 15 juillet 2013

 

Nani gigantum humeris insidentes...

Comme un peu de cuistrerie ne fait jamais de mal et que je sais que je ne sais rien (enfin pas grand chose en tout cas), voici le secret de mes cours et mes formations (Taadaa... le suspens est insoutenable !) 

Le travail d'enseignant commence par un travail méthodique de documentaliste qui permet de ne pas réinventer la poudre à chacune de nos séances. Je suis donc une toute petite enseignante assise sur les épaules de ceux que j'admire mais aussi de ceux qui me bousculent dans mes certitudes et m'obligent à repenser sans cesse mes propositions .

Pour garder trace de ce travail de veille j'utilise depuis plus de deux décennies des outils dédiés  Netvibes  (pour le Giptic, pour l'Histoire des Arts à Jean-Baptiste Clément, pour mes formations et l'enseignement des Lettres), Scoop.it!, Jog the web (hélas totalement disparu)...  Comme "On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve", les outils se suivent, disparaissent et même si c'est parfois douloureux de prendre tout une partie de son travail (RIP mes Jog the Web d'Histoire des Arts et l'Escape Game Qui a tué Marcus Sempronius Doctus avec Zaption), c'est sans doute une saine habitude que d'en essayer beaucoup et d'en changer souvent. 

Vous l'aurez compris, j'utilise donc beaucoup Twitter (la plus grande salle des professeurs de France) pour trouver des ressources et échanger avec mes collègues. Instagram me permet de garder contact avec mes anciens élèves, comme Facebook l'a fait pendant longtemps. Enfin je classe mes trouvailles en utilisant Pearltrees et Pinterest pour ensuite les proposer à mes élèves ou les (re/dé)construire avec les différents avatars de ce site, des blogs, de l'ENT ou des outils de création web et vidéo (Adobe Express, Genial.ly, Google Workspace For Education, Powtoon, Prezi, etc.).

Bonne découverte !

YB

NainsEpaulesGeants.jpg